Aion Lore

La Femme fatale dans l’histoire – 9

Femme Fatales of History

Volume 9. Kromède, la Juge déchue.

Kromède

Très jeune, Kromède était déjà connue de tout Altgard pour son apparence avantageuse. Les mots manquaient souvent à ceux qui cherchaient à définir sa beauté, et quand elle fut devenue une jeune femme, ils n’y parvinrent tout simplement plus.

Si elle n’avait rien eu d’autre pour elle, elle n’aurait certainement pas connu l’ascension sociale qui fut la sienne. Mais non contente d’être née belle, Kromède était dotée d’une volonté de fer et d’un esprit tranchant comme l’acier. Enfant, elle n’avait de cesse d’émerveiller ses tuteurs et prenait naturellement l’ascendant sur les autres enfants.

Avant même d’être adulte, Kromède tenait tout Altgard sous son charme, hommes et femmes sans distinction. Elle ne mit pas longtemps à apprendre comment se servir de ses talents naturels. Elle fit de sa beauté un instrument qui mettait les autres à genoux, et de son esprit l’écrin des mots qui terminaient de les asservir. Elle avait conscience de sa supériorité.

Personne ne fut surpris quand Kromède connut l’Ascension on se demanda juste pourquoi il avait fallu si longtemps. Si elle l’avait connue enfant et encore inconsciente de son emprise sur les autres, les choses auraient peut-être évolué différemment. Mais le destin avait un autre projet pour elle.

Au Temple, Kromède ne tarda pas à se distinguer de ses pairs. Aussitôt qu’elle eut terminé son entraînement, elle fut nommée Exécutrice de l’Ombre… la plus jeune à avoir jamais été nommée.

Kromède fit sans surprise une Exécutrice de l’Ombre d’exception. Ses dossiers étaient toujours traités avec minutie, et elle menait chaque affaire à son terme. Elle n’eut jamais de problème pour faire toute la lumière sur une affaire ou arracher la vérité à un témoin. Rien ne lui résistait.

Les collègues de Kromède et ses supérieurs faisaient sans cesse l’éloge de son travail soigné et irréprochable. Une seule chose les inquiétait chez elle : une obsession de la perfection de plus en plus prononcée. Après avoir été promue au rang de Juge de l’Ombre, Kromède insista pour décrocher les affaires les plus importantes et pour que la plupart des Exécuteurs de l’Ombre travaillent directement sous ses ordres.

Si les plus hautes autorités de la Cour de l’Ombre n’avaient pas été aveuglées par ses prouesses, elles auraient remarqué que ce penchant à sélectionner ses collaborateurs s’appliquait également à ses choix de dossiers. Elle choisissait en effet des cas de plus en plus similaires, comme si elle cherchait quelque chose de précis à travers ces affaires.

Kromède eut droit à une autre promotion et c’est là qu’elle se relâcha et commença à montrer un intérêt exclusif pour certaines affaires… et toutes concernaient des objets légendaires de grand pouvoir.

Le premier à suspecter chez elle un comportement anormal fut Nagelbaad, un Archon du Crépuscule aussi sage que beau. Certains avaient remarqué que la Cour de l’Ombre faisait grand cas d’affaires mineures concernant de vieilles ruines d’Atréia, mais il fut le seul à s’interroger vraiment.

Il n’était pas simple de s’immiscer dans les affaires internes de la Cour de l’Ombre, mais Nagelbaad était bien décidé. Il poursuivit ses investigations et finit par découvrir que Kromède avait manipulé certaines affaires, dans le but de servir ses propres intérêts secrets.

Bien que persuadé de sa culpabilité, il était difficile pour Nagelbaad de s’en prendre à elle. Elle avait toute la confiance de la Cour de l’Ombre et il lui était fort simple d’étouffer l’affaire ou de falsifier des preuves et de faire arrêter son détracteur.

Pour couronner le tout, Nagelbaad était à l’époque en très mauvais termes avec la Cour de l’Ombre. Il ne pouvait donc pas se risquer à proférer des accusations publiques contre Kromède.

Toutefois, il était aussi malin qu’elle. Il décida donc de prendre l’ennemi à revers au lieu d’attaquer de front. Il commença à parler de certains points louches des dossiers à son réseau d’informateurs, laissant ces derniers répandre la rumeur à leur guise.

Kromède ne tarda pas à réaliser que quelqu’un la surveillait, mais elle ne fit pas mine de s’en préoccuper plus que ça. Elle pensait vraiment que sa position au sein de la Cour de l’Ombre la mettait à l’abri des rumeurs. Elle ne réagit donc pas publiquement.

Toutefois, dans le privé, elle commença à sous-entendre auprès de certains de ses supérieurs, subordonnés et autres collaborateurs, que l’un d’entre eux était en train de la trahir. Elle commença donc à les priver un à un de son “affection”. Bien des cœurs furent brisés.

Pour Kromède, si consciente de sa supériorité, il était simple de cesser d’aimer quelqu’un. Mais c’est souvent la haine qui vient s’installer dans le trou béant laissé par l’amour ou l’amitié, et cette dernière s’empara de ses anciens admirateurs. Il suffit d’un… et le reste suivit.

Quand tous ses anciens appuis se furent retournés contre elle, l’affaire Kromède ne tarda pas à être révélée au grand jour. Kromède… la juge qui s’était toujours montrée aussi froide que la mort dans ses jugements, allait à son tour être sanctionnée avec la même sévérité.

La Cour ordonna une enquête approfondie sur la corruption de Kromède, et on ne tarda pas à découvrir un entrepôt secret loué aux Marchands du Nuage Noir. A l’intérieur, on découvrit nombre de Tomes, Grimoires de compétence, Pierres de mana et autres objets de valeur.

Kromède avait amassé une impressionnante collection de reliques mystiques, “confisquées” aux criminels qu’elle avait jugés au fil des ans. Le pouvoir qu’elle aurait pu en tirer défiait l’imagination. La nouvelle mit la Cour de l’Ombre en effervescence.

De manière surprenante, Kromède avoua tout dès le premier jour de son procès. En larmes, elle expliqua qu’elle voulait juste atteindre la perfection, pour être à la hauteur de l’amour et l’admiration que les gens lui portaient depuis toujours.

La beauté, l’esprit, le charme… pour les autres, elle avait tout cela. Elle seule nourrissait encore… des complexes. Pour essayer d’être à la hauteur de l’image qu’on lui renvoyait d’elle, elle avait cherché grimoires et reliques pour atteindre la perfection.

La corruption d’un juge est un crime impardonnable, et Kromède fut condamnée à l’emprisonnement à vie dans une cellule de cristal. Toutefois, touché par sa confession sincère, Nagelbaad demanda à ce qu’une faveur fut accordée à Kromède. Elle demanda à purger sa peine là où elle était née, et la Cour accepta.

Nagelbaad escorta à Altgard l’ancienne juge, désormais enchaînée.

Ils n’arrivèrent jamais.

Car en vérité, Kromède n’avait pas privé tout le monde de son amour. Elle avait continué de courtiser quelqu’un en lui promettant d’être toute à lui, et prouvant son amour en se débarrassant de ses propres prétendants un par un.

La confession, la sentence, la faveur accordée… tout cela n’était qu’un nouveau plan pour tromper la justice. C’est ainsi que Kromède échappa à son jugement en compagnie de l’homme qu’elle considérait comme son égal, puisqu’il avait été assez fort pour causer sa perte et paradoxalement assez épris pour la sauver, au bout du compte.

Depuis, plus personne n’a jamais entendu parler d’eux.

Show More

Elano

Administrateur du réseau de sites LF Strat ! Joueur de MMO depuis tout jeune!

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Check Also
Close
Back to top button
LF Strat | Aion